Nos Rèves en Histoire

Vous ne voyez pas tout. Pour cela il faut que vous vous inscriviez...


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

le début de la fin sur lîle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 le début de la fin sur lîle le Mar 5 Juin - 14:29

Invité


Invité
C’était par une belle nuit étoilée que l’on entendait le bruit des vagues s’échouer sur la plage et s’écraser sur ce corps inerte.

Toujours allonger mes premiers réflexe furent de cracher le peu d’eau qui restait encore. Tremper jusqu’au os je me levais tant bien que mal encore épuiser. Toujours habiller de mon pantalon bleu et mon t-chirt qui n’était plus vraiment blanc de puis longtemps et déchiré de partout, puis équiper d’une seule chaussette (la gauche) devenue mitaine car l’on voyait tous les doigt de pieds sortir depuis quelques année de couleur blanche a l’origine et maintenant plus grise et noire du a toute cette saleté. Je me rendit vite compte que mes basket et mon autre chaussette avait disparut lors du naufrage lorsque je m’écorchais le pied droit sur un coquillage assez aiguiser. Je pris ce qui me restais de ma chaussette pour la serré autour de mon pieds droit afin de m’en faire un bandage pour que ma plaie saigne un minimum. Je marchais quelques heures le long de la plage le temps de me dégourdirent un peu les jambes quand je vit de la lumière provenant de la foret qui se trouvait non loin de la plage, plus elle avançait vers moi plus elle ressemblais a des torches enflammer. Enfin je vis âme qui vivent enfin si on peut dire sa comme sa, dès que je pu identifier un peu ces étranger qui s’avançait vers moi, je me mit a tourné de l’œil a leurs simple visions.

2 Re: le début de la fin sur lîle le Mer 6 Juin - 8:32

Invité


Invité
A mon réveil j’étais ligoter comme un saucisson sur un tronc d’arbre et mes bourreau devait surement me transporter jusqu’à leur campement. Mes pieds pointais vers le haut tandis que mon dos frottait de temps a autre sur le sol se fracassant sur chaque cailloux qui croisait notre chemin. Je redressais ma tête pour voir qui tenait mes pieds je vit une sorte de sauvage a peine vêtue sa peau était totalement bruler et l’on pouvait voir le blanc de ses cotes quand a celui qui se trouvais derrière ma tête il semblais marcher sur ces tibias voila pourquoi mon dos frottais si souvent le sol. Plus ont avançais dans cette foret plus elle me semblais sombre les tronc d’arbres ne possédait pas d’écorce et les feuilles était de couleur noire charbon. Arriver dans leurs villages je ne pu m’empêcher de retenir mon souffle l’odeur de mort était épouvantable le toit des huttes étaient recouvert de sang frais qui ruisselait tout le long un peu partout dans le village ont pouvait voir des morceaux de corps et des organes planter dans des piques et des intestins servaient de guirlande entre chaque hutte. Devant la plus grande des huttes il me déposèrent a terre je me débattait tant bien que mal jusqu’à ce que je reçu un bon coup de massue sur la tête.

A mon réveil j’étais allonger sur une table attacher de la tête au pieds au dessus de moi a ma droite se trouvait un homme en tout cas sa y ressemblais le coter droit de sont visage semblais normal alors que l’autre coter il n’avait plus de peau, ni de cheveux et sa chair était a vif. Il discutait avec le langages des signes a un autre homme a qui il manquait un œil tandis que le second lui était suspendus sur sa joue. Sur une petite table a coter se trouvait toute sorte de couteaux plus ou moins aiguiser l’homme de droite pris un couteau d’une drôle de forme et m’ouvris le torse. Il étaient entrain de m'opéré mais pour qu’elle raison je ne le savait pas puis il plongea sa main dans mes entrailles et en ressortis un organe et croqua dedans a pleine bouche ce qui me fit tomber dans les pommes.

3 Re: le début de la fin sur lîle le Mer 6 Juin - 8:50

Invité


Invité
A mon je ne sais combientième réveil je me sentais bizarre et pas comme d’habitude. Je n’étais plus attacher lorsque je me levais-je remarqua que j’étais habiller avec une grande cape noire a capuche. Je touchais mon visage pour me dire que ce que j’avais vécue n’étais qu’un rêve mais mon visage semblais être diffèrent de d’habitude. En me levant de cette table je vit que le sol était remplis de sang il y en avait tellement que j’eu du mal a rester debout sans glisser. Un gros sac se trouvait dans un coin a coter juste devant un miroir une mauvaise odeur en sortait je défis le nœuds et ouvris le sac dedans se trouvais des cheveux surement une perruque et des morceau de peau, de chair et des organes. En regardant dans le miroir je vis un visage que je ne connaissait pas pourtant il n’y avait que moi dans cette grande hutte en repassant mes mains sur mon visage je pu constater que mes mains n’avait plus aucune morceau de chair qui les recouvrait il ne leur restait plus que les os j’ouvris alors ma cape et découvris qu’il ne restait de moi plus que mon squelettes et le visage que je voyait dans le miroir n’était vraiment pas le miens ce n’était qu’un simple masque. Je fit un bond en arrière. Je fit passer mes doigts a travers mon squelette pour être sur que ce n’était pas qu’une simple hallucination ni un simple rêve, et comme pour essayer de me faire croire que tous était normal je refermais mon manteau et remit mon masque sur mon crane. Puis je sortis de la hutte en courant pour m’enfuir de ce terrible cauchemar qui semblais irréel. En courant je trébuchais sur toutes les racines qui trainais et en regardant derrière je ne vit personne me poursuivre. Peut être qu’il n’avait pas remarquer que j’étais parti mais il ne devrais pas tarder a s’en rendre compte. Je m’arrêtais quelques instant pour vérifier que je n’était toujours pas suivi puis un serpent bondit vers moi je fit quelques pas en arrière mes pieds trébuchèrent et je fit un saut dans le lac se trouvant quelques mètre plus bas.

4 Re: le début de la fin sur lîle le Dim 12 Aoû - 18:35

Invité


Invité
Dans ce lac je ne nageais pas, je flottais a la surface de l’eau comme si j’étais aussi léger que des bout de branches. je voulu me redresser mais le poids de mes os me fit couler. il ne me restait plus qu’a nager pour rejoindre le bord de l’eau. Arriver au bord je vis une main tendu vers moi je la pris entre mes doigts squelettiques afin de me redresser plus facilement. En voyant ma main squelettique l’inconnu me lâcha tout de suite la main et me repoussa violement dans l’eau. En levant un peu les yeux je vis que la main qui m’avait aider et repousser appartenait a une personne de petite taille, habiller d’un haut jaune éclatant avec une longue barbe et dans une main il tenait sa cane. Lui au moins ne semblait pas si étrange par rapport aux autres a qui il manquait toujours un morceau de peau ou de chair. Je lui fit donc comprendre qu’il n’avait rien a craindre de moi, même si je n’étais plus vraiment vivant. Il ne vit dans mon regard aucune envie de chair fraiche ou de sauvagerie comme mes poursuivant. cette course suivi de cette chute m’avais beaucoup fatiguer sans un mots nous ramassions des branches pour y faire un feu. Une fois le feu allumer nous nous allongions tranquillement et il me raconta un bout de sont histoire.

«  j’ai débarquer sur cette île il y a maintenant deux ans avec mon équipage qui pour la plupart n’étaient que vagabonds et assassins. Moi j’avais embarquer avec mon fils de 6ans. aujourd’hui notre équipage ne se résume plus qu’a moi. nous étions parti sur les mers afin de découvrir de nouvelles île inhabité et sans nom pour pouvoir repartir a zéros et nous construire une nouvelle vie. A notre arriver nous commencions a nous construire des huttes au milieu de la foret prêt d’une rivière. c’est après une semaines que nous furent accueilli par un vieux fou. A première vu il avait échouer quelques semaines avant nous sur cette île et bien sur il semblait mal en point, il avait surement attraper une merde se trouvant dans la foret. Nous l’avons installer dans l’une de nos huttes et a tour de rôle nous nous occupions de lui mais au fur et a mesure que les jours passait mes compagnons devinèrent de plus en plus malade. Au bout d’une semaines nous enterrions nos premier mort et le lendemain en passant devant le cimetière certains cercueil avait été déterré et les corps avaient disparu et des traces de pas se dispersèrent a travers la foret. Plus les jours passait plus mes compagnons changèrent ils avaient faim de chair fraiche encore et toujours plus puis vint ce jours ou mon fils fut sacrifier pour servir de repas a mes camarade devenu cannibales. J’ai tout tenter pour lui sauver la vie mais il était trop nombreux contre moi. Je ne pu que fuir pour ne pas être leurs prochaines victimes et sauver ma vie. Les jours et les mois passèrent sans que je ne revit personne puis un jour je me dirigeais a nouveau vers mon ancien campement et ce que je vit me terrifia sur le sol gisait les entrailles de certains de mes anciens amis et de certains animaux. les habitants étaient des sortes de cadavres ambulant. depuis ce jours la je fait tout pour ne pas finir comme eux ou bien de finir dans leur ventre » puis a la fin de sont histoire il s’endormit tranquillement dans sont coin pendant que moi je commençais un peu a m’éloigner du camp n’ayant plus vraiment envie de dormir depuis que je n’étais plus qu’un tas d’os je me rappelais du premier jour ou j’ai vu la mort de très prêt. »

5 Re: le début de la fin sur lîle le Mar 14 Aoû - 13:01

Invité


Invité
(retour dans le passé)

"Ce matin la j’étais content c’était l’anniversaire de Dave mon ami le plus proche. nous étions entrain de jouer avec une vieille balle de baseball sur un vieux terrain quand il la lança trop fort et qu’elle traversa la vitre de la boutique d’antiquité d’en face. Tracy qui était l'une des rares adulte qui s'occupait de nous nous courra après pour nous tiré les oreilles parce qu’elle savait que si nous dérangions trop dans le quartier les commerçant iraient surement demander aux flics de nous faire déguerpir. Après nous avoir passer un bon savons elle nous donna pour mission de chercher de la nourriture. A notre habitude nous partions toujours a deux notre cible aujourd’hui était la petite superette a trois pater de maison de notre quartier. a l’intérieur il n’y avait qu’un vendeur pour surveiller la boutique alors Dave commença a piquer de la nourriture dans les rayons en faisant gaffe qu’il se fasse bien repéré quand le vendeur le vit piquer dans le rayon il le prit par le col et lui demanda de reposer tout ce qu’il venait de piquer. pendant ce temps la moi de mon coter n’étant plus sous surveillance je fit comme Dave et je me remplissait bien les poches. Je me dirigeais vers la portes pendant que Dave ce faisait passer un savon par le proprio quand soudain je me fit repousser brutalement en arrière par un mec assez baraqué qui sorti une machette et la pointa sur moi le proprio reposa gentiment Dave au sol et se dirigea lentement vers la caisse pour en sortir la recette de la journée pour la tendre au voleur. Le voleur prit l’argent n'enleva pas sa machette de mon coup il semblerait que l’argent ne lui suffisait pas juste avant qu’il ne porta un violent coup dans ma direction Dave lui sauta dessus. Le cambrioleur eu tout juste le temps de se retourné et pour lui taillader le ventre. Puis le cambrioleur prit la fuite en direction du port. Le vendeur couru vers le téléphone afin d’appeler la police et un docteur mais quand ils furent arriver nous étions déjà parti depuis un moment. Dave saignait beaucoup je le trainait jusque dans le squat chez tracy elle lui recousu la blessure comme elle le pu avec une vieille aiguille et du vieux fil de pêche. Il réussit a tenir une bonne semaine comme sa jusqu’à ce que je vienne chez lui pour prendre des nouvelles mais hélas il était trop tard quand j’arrivais a sont chevet il devait être mort depuis quelques heures déja cela était surement dut a une infection. Mes larmes coulèrent pour la première fois comme sa sans aucune raison pourtant je ne sentais aucune réelle tristesse a sont égard."

6 Re: le début de la fin sur lîle le Jeu 13 Déc - 10:34

Invité


Invité
quand je repris mes esprit après ce petit retour dans le passé le brave homme dormais déja depuis un bon moment. il faisait encore nuit et le vent soufflais fort, quand je me levait silencieusement et contournait sont corps sur la pointe des pieds. je traversait denouveau la foret. tout était calme et silencieux l'on entendait a peine le feuillage des abres bouger dans tous les sens. ce soir la il n'y avait pas eu le moindre nuage a l'horizon. après quelques kilomètre j'arrivais dans un petit village. je n'avais rien dans les poches normal je n'avais même pas de poche alor je me suis dit qu'il était peut être temps pour moi de me bouger le cul et de partir a l'aventure. c'est tout ce qui me restait a faire.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum